Éditorial Louveterie

 
 
Éditorial Louveterie

André LEBARON, reçoit la médaille de lieutenant de louveterie

Monsieur André LEBARON, a reçu des mains du Préfet la médaille de lieutenant de louveterie le mardi 23 janvier dans les salons de l’hôtel de la préfecture.

Cette distinction et la cérémonie, avait pour objectif de souligner les mérites de Monsieur LEBARON, mais également de mettre en avant le dévouement et l’action importante de l’ensemble des louvetiers creusois.

Cette institution créée au IX siècle par Charlemagne était à l’origine chargée exclusivement d’ « éradiquer » les nuisibles, et en particulier le loup, par tous les moyens disponibles à l’époque. Les lieutenants de louveterie sont, sans doute, le plus ancien corps d’agents publics.

Elle a traversé les siècles, elle s’est structurée et a su s’adapter à ses nouvelles missions. Pourtant elle reste encore méconnue du grand public.

louveterie

En France, on dénombre aujourd’hui 1650 louvetiers dont 25 femmes. Le département de la Creuse compte 25 louvetiers, un par ancien canton. Ils ont à leur tête, Marie-Chantal Simonnet, Présidente départementale de l’association des louvetiers. Nommés par le préfet du département pour une durée de cinq années renouvelables, les louvetiers sont placés sous son autorité et celle de son représentant, le Directeur Départemental du Territoire.

Ce sont des collaborateurs privés, bénévoles et occasionnels du service public. Ils concourent, dans l’intérêt général, à la régulation et à la destruction des animaux susceptibles d’occasionner des dégâts, notamment le sanglier qui prolifère et qui augmente les risques pour la sécurité publique, routière, et les dégâts causés à l’agriculture ou à la forêt.

Cette densité conduit à ordonner de nombreuses interventions visant la dispersion, mais aussi des opérations de destruction par tir. Au plan cynégétique, la gestion de ces populations nécessite une forte implication de la Fédération départementale des chasseurs.

Les battues administratives sont organisées sous le contrôle et la responsabilité technique des lieutenants de louveterie. Dans l’intérêt général, au nom duquel ils agissent, ils sont investis de facultés particulières, comme le droit de faire des battues sur les propriétés privées.

Pour la Creuse, une spécificité propre au département (l’arrêté semi-permanent) permet la possibilité de réaliser des battues de dispersion, d’autoriser des battues à tir contre des renards ou des opérations de régulation sous réserve d’avoir l’accord préalable des propriétaires concernés.

Les missions des louvetiers, qui recoupent une partie de celles des agents de l’ONCFS, ne sont pas concurrentielles mais bien complémentaires.

En agissant au service de tous, ils veillent à maintenir dans nos plaines, nos plateaux et nos forêts une vie animale compatible avec les activités humaines, la santé publique, l’agriculture et la sylviculture. Aider, servir, conseiller, agir pourraient être leur devise.

2louveterie