Égalité professionnelle et mixité (1)

 
 
Les enjeux de l’égalité professionnelle

1 - Les enjeux de l’égalité professionnelle

Les discriminations et le manque de mixité ont un coût social et économique inacceptable pour notre société. L’égalité professionnelle est un impératif démocratique qui doit conduire à une plus grande justice sociale pour les femmes. C’est également un levier de développement et une nécessité économique dans une conjoncture démographique défavorable. Les femmes représentent un vivier de compétences dont les entreprises ont besoin dans un contexte de vieillissement de la population et des tensions qui vont en résulter sur le marché du travail. Enfin, il s’agit une exigence sociétale qui doit permettre aux femmes et aux hommes de concilier dans les mêmes conditions leur vie professionnelle et leur vie personnelle.

Les inégalités persistent en France

45 ans après la loi pour l’égalité professionnelle, les écarts de salaires entre les femmes et les hommes perdurent. Alors que les femmes ont massivement investi le marché du travail et que leur niveau d’éducation a rejoint voire dépassé celui des hommes, les inégalités professionnelles persistent, sous de multiples formes :

- L’indice de ségrégation est de 51 % c’est à dire que pour atteindre une répartition égalitaire des femmes et des hommes dans les différents métiers, il faudrait que 51 % des femmes ou des hommes changent de métiers (cet indice a baissé de 5 points en….30 ans). Les femmes sont surreprésentées dans les métiers les moins rémunérés : elles sont 98 % des aides à domiciles, aide ménagères et assistantes, 98 % des secrétaires et 90% des aides soignantes.

- des difficultés d’accès aux postes à responsabilités (les femmes occupent seulement 17 % des postes de direction),

- des écarts de rémunération toujours importants (18,6 % d’écart de salaire à temps de travail équivalent) et l’’écart s’est réduit de seulement 3 point depuis 1995.

- des temps partiels encore majoritairement occupés par des femmes (82 % des temps partiels sont occupés par des femmes et 10 % des femmes actives sont en temps partiel subi) ;

- les femmes continuent d’assumer majoritairement les soins aux enfants, aux personnes dépendantes et les charges domestiques (les femmes assument 75 % des tâches domestiques). Ce cumul emploi/famille est, l’une des causes des inégalités qui perdurent entre hommes et femmes dans la sphère professionnelle.

Ces dernières années, plusieurs lois ont visé à renforcer les obligations des entreprises en matière d’égalité professionnelle. La loi « Liberté de choisir son avenir professionnel » a pour ambition de passer d’une obligation de moyens à une obligation de résultats :

  • Les entreprises auront 3 ans pour se conformer à l’égalité salariale. Pour cela, un instrument commun de mesure sera mis en place.
  • Les entreprises devront dédier une enveloppe au rattrapage salarial et un contrôle sera effectué, avec sanctions si ce dispositif n’est pas respecté au bout des trois ans prévus.
  • Les salariés à temps partiel, qui sont à 80 % des femmes, auront les mêmes droits à la formation que les salariés à temps plein.
  • Pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles, un référent, élu du personnel, sera désigné dans les CSE (Comité social et économique) de toutes les entreprises, et un référent ressources humaines sera nommé dans les entreprises de 250 salariés ou plus.
  • Les inspecteurs du travail et les professionnels de la médecine du travail seront formés de manière systématique pour prévenir les situations de violence, apporter une réponse adéquate et accompagner les victimes

Le paradoxe creusois en matière d’égalité professionnelle

La Creuse se distingue par un taux d'emploi féminin supérieur à celui de la région accompagné d'un taux d'emploi masculin plus bas. Les femmes restent moins souvent actives que les hommes en Creuse (taux d’activité des femmes de 5,2 points inférieur à celui des hommes) et le taux d’emploi des creusoises est inférieur à celui des creusois (4,7 points en 2013). Toutefois, l’écart tend à se réduire et les taux de chômage convergent.

Ceci s’explique par la structure économique de l’emploi sur le territoire. En effet, les femmes sont plus présentes dans le secteur du tertiaire, marchand et non marchand, où l’emploi s’est stabilisé ou développé alors que les emplois masculins sont concentrés dans des secteurs de l’industrie et de la construction plus exposés à la crise.

Pour les non diplômés et les jeunes les écarts restent plus importants. Le taux de chômage des jeunes de moins de 24 ans est notablement plus élevé et sur cette tranche d’âge l’écart est important en défaveur des femmes (4,2 points). De plus, il est à noter que les femmes sont plus nombreuses à exercer à temps partiel (27,3 % des femmes de 25 à 54 ans contre 7,2 % des hommes).

Par ailleurs, la Creuse est le département de Nouvelle Aquitaine où les métiers des femmes sont les moins diversifiés. Les métiers des femmes sont moins variés que ceux des hommes : 9 familles professionnelles (FAP) suffisent en effet pour décrire la moitié des emplois des femmes en 2013 (12 en Nouvelle Aquitaine), alors qu’il en faut 18 pour les hommes. De même l’emploi non salarié reste plus masculin qu’ailleurs en Nouvelle Aquitaine alors que les créatrices d’entreprise y sont plus nombreuses. La part des femmes a augmenté depuis 2012 passant d’un taux de 35 % à 38 % en 2017 en incluant les travailleurs indépendants et micro-entreprises.

Ces singularités creusoises tiennent à la structure de l’emploi, et notamment à la prépondérance de la sphère public-santé-social par rapport aux secteurs de la construction et de l’industrie d’une part, et à l’importance du secteur agricole d’autre part.

Enfin, l’écart de salaire en Creuse est toujours présent (12 % sur le salaire net horaire) mais nettement inférieur à ce qui est observé au niveau national (18%). Les employés sont les moins touchés avec un écart de seulement 4 % sur le salaire horaire net, tandis que la catégorie des cadres et chefs d’entreprise atteint 20 % d’écart de salaire.

Télécharger une infographie sur l’égalité professionnelle et mixité des métiers en Nouvelle-Aquitaine :

> Infographie femmes en Nouvelle-Aquitaine 2019 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,46 Mb