Grenelle des violences conjugales

 
 
Grenelle des violences conjugales

Le gouvernement lance une vaste mobilisation" on pourrait mettre "Le Grenelle des violences conjugales a permis une vaste mobilisation qui a abouti à de nombreuses avancées et actions innovantes

Contexte national

Le phénomène des violences au sein du couple touche plus de 200 000 femmes par an, dans notre pays. Si l’état de conscience de la société et des politiques avait évolué depuis une vingtaine d’années, ces violences demeurèrent encore massives.

Afin de lutter contre ce phénomène, le gouvernement a conduit une vaste mobilisation qui a réuni pendant presque 3 mois, les ministres concernés, les services publics, les acteurs de terrain, les associations mais également des familles de victimes.

De nombreuses actions et engagements ont émanés de ce Grenelle, pour lequel le gouvernement dégagé une enveloppe spécifique de 1 million d’euros.

Le Grenelle a été également l’occasion de renforcer l’information de tous sur ce fléau et de faire connaître les outils nationaux existants en matière de prévention, d’information et de signalement de ces violences :

• Le 3919, numéro d’écoute national, anonyme et gratuit, destiné aux femmes victimes de violences et à leur entourage ;

• La plateforme de signalement en ligne des violences sexistes et sexuelles, accessible à l’adresse www.signalement-violencessexuelles-sexistes.gouv.fr  ;

• Des outils d’information : le site web dédié www.arretonslesviolences.gouv.fr   et le compte Twitter « Arrêtons-les ! » : @arretonsles.

Retrouvez toutes les mesures prises dans le cadre du Grenelle ci-dessous :

https://www.gouvernement.fr/partage/11289-cloture-du-grenelle-contre-les-violences-conjugales

Le Grenelle, en Creuse, quel bilan ?

Le développement d’une offre de proximité faisait partie des engagements du Grenelle au niveau départemental. Le territoire est désormais mieux couvert en structures d’accueil de proximité avec l’ouverture d’un Lieu d’Accueil à Bourganeuf durant l’été et un autre aujourd’hui à La Souterraine. Ces accueils viennent compléter les structures spécialisées (Aravic-France Victimes 23, CIDFF, Intermède 23, Intervenante sociale en gendarmerie et police du conseil départemental), pour l’essentiel situées à Guéret.

Un appartement dédié pour les victimes de violences conjugales, financé dans le cadre des 1000 nouvelles places d’hébergement du Grenelle sera en fonctionnement dès le mois de décembre à La Souterraine. Il complète l’offre existante en matière d’hébergement d’urgence, à savoir une convention première urgence pour une mise à l’abri la nuit et les week-ends et deux appartements dédiés situés à Guéret.

La prise en charge des enfants co-victimes de violences conjugales était également une des priorités du Grenelle départemental. En la matière plusieurs actions sont réalisées ou en cours, grâce à la mobilisation de tous (État, justice, Conseil départemental et CAF) :

- Deux conférences se sont tenues en fin d’année dernière sur le sujet et ont réunis chacune une centaine de professionnels ;

- Des groupes de parole simultanés pour les mères d’une part et les enfants d’autre part sont montés et financés et se tiendront dès que la pandémie le permettra ;

- Des dispositifs très novateurs devraient voir le jour d’ici fin 2021 : il s’agit de dispositifs protégés pour l’exercice du droit de visite et du droit de garde après la séparation en cas de violences conjugales. Ces dispositifs ont en commun de faire intervenir une structure qui joue le rôle de tiers entre les parents et de médiateur pour l’enfant. Ils permettent ainsi d’éviter tout contact entre les parents lors de la remise des enfants, ce qui évite une mise en danger de la victime et des enfants d’une part et un risque de réitération pour l’auteur d’autre part. Ils pourront être sollicités par les parents mais seront le plus souvent prescrit par un juge.

Enfin, une cellule de veille visant à prendre en charge les situations les plus préoccupantes ou complexes a été mise en place dans le département. Elle réunit l’État, la justice, les forces de l’ordre, le CD23, et les associations qui accompagnent les victimes de violences conjugales.

.

Infographie